• Simone Veil

    Une femme qui aura donné un sens au mot VIE

    La France a perdu une de ses plus grandes consciences.

    "Je crois qu'on ne revient jamais de la déportation. Pour ceux de mes camarades, que j'ai connus au camp, que j'ai connus depuis, je sais qu'il en est de même. On n'en revient jamais, parce qu'on est marqués pour toujours. On a vécu, je ne dirais pas une telle expérience, mais un tel mo­ment qu'on ne pouvait imaginer, que toute la vie on reste marqués.

    Je me dis très souvent que le jour de ma mort, si je suis encore consciente, c'est à la Shoah que je penserai. J'ai pourtant une vie très heu­reuse, un mari très gentil que j'ai épousé il y a plus de soixante-deux ans, eh bien, je ne peux pas oublier la Shoah.

    Je ne peux pas l'oublier parce que nous n'étions plus sur terre ; nous ne vivions plus avec les êtres humains, tout était impossible à croire... Alors je me suis souvent demandé : "Comment est-ce que cela a pu arriver ? Comment est-ce que nous avons pu supporter cela ?"

    Et pourtant, nous avons survécu. Nous avons survécu, mais nous avons gardé toujours, intérieurement, entre nous, un langage particulier. Quand je regarde aujourd'hui et que je me dis : "Quels sont mes amis les plus chers ?". Mes amis les plus chers sont ceux que j'ai connus au camp. Pas parce qu'ils sont plus aimables, plus gentils... mais parce qu'entre nous les liens sont tout à fait exceptionnels, Je pense à certains en parti­culier, qui restent dans ma vie ; ils y sont présents en permanence ; je me dis que si j'ai un coup de cafard, que j'ai envie de parler, c'est à eux que je parlerai. [...]

    C'est vrai que nous sommes rentrés un peu fous... Mais en même temps, de nous voir, d'avoir survécu, de nous aimer entre nous, et d'aimer en­core la vie, et surtout d'avoir eu des enfants - car la plupart d'entre nous avons fait beaucoup d'enfants -, et d'avoir eu encore envie de vivre dans l'humanité, je trouve que c'est une belle revanche sur le nazisme".

    Simone Veil, le 18 juin 2009, au Mémorial de Caen.

    « Ni satisfaisant, ni accablant" Je t'aime, Maman ! " et " Merci " »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :